Chargement en cours...
Revenir
  • Votre panier 0 produit
  • Total des produits 0,00 €
  • Frais d'envoi 0,00 €
  • Total 0,00 €
Aller dans

Le potager en avril

Cette année, la météo n'ira pas à l'encontre du proverbe populaire “Pluie d'avril donne à boire !”. Le ciel nous envoie en effet de la joie sous forme de pluies qui viennent étancher la soif des nombreuses cultures pouvant être semées et récoltées à ce moment-là. Cependant,c'est également une bonne période pour le développement des parasites et des “mauvaises herbes” qu'il convient dès lors de contrôler.

Tâches du mois

Récupérer l'eau de pluie, la meilleure eau pour le potager et le jardin

Maintenant que les pluies sont abondantes, si vous disposez d'assez d'espace, il peut être opportun de récolter l'eau de pluie entre autres pour sa grande qualité. Contrairement à l'eau de distribution, elle n'apporte pas de calcaire qui peut venir obstruer l'installation d'arrosage, ou bloquer l'absorption par la plante de nutriments tels que le fer ; et elle n'apporte pas non plus de chlore qui peut nuire au développement normal de la plante. De plus, elle est gratuite (!), ce qui n'est pas plus mal par les temps qui courent. En utilisant un récupérateur d'eau, cela constitue donc une bonne manière de procéder.

Pour la stocker, vous pouvez utiliser tout type de récipient qui peut servir de récupérateur en conduisant l'eau recueillie via un tuyau d'écoulement. Et pour l'utiliser, vous pouvez placer un robinet adapté sur la partie inférieure du récupérateur. Vous pouvez également y associer un système d'arrosage fonctionnant à basse pression, comme l'arrosage par exsudation, en plaçant le récupérateur en hauteur afin de tirer profit de la loi de la gravité.

Vivre avec les autres habitants - indésirables - du potager

Les pluies amènent une humidité plus élevée, créant un environnement idéal pour les escargots et les limaces qui peuvent alors ramper à leur aise. Si leur présence porte préjudice aux cultures, en particulier parce qu'ils aiment les plantules, les pousses tendres et les feuilles, il existe cependant différentes solutions pour contrôler leur population d'une manière respectueuse de l’environnement.

  • Les ramasser manuellement. Afin de vous faciliter la tâche, vous pouvez placer des tuiles ou d'autres éléments qui peuvent leur servir de refuge. De cette façon, ils seront rassemblés et cela vous épargne de devoir faire la chasse à l'escargot.
  • Pièges à bière. Placez de petits récipients enterrés à ras de terre et remplis à moitié de bière dans lesquels les limaces se noieront en allant y boire.
  • Asperger les plantes avec une solution à base de café. Diluez un litre de café fort dans 10 litres d'eau et aspergez les plantes touchées, le sol et les mulchs à l'aide d'un arrosoir. Si vous souhaitez seulement les faire fuir sans les intoxiquer, vous pouvez diluer la même quantité de café dans 20 litres.
  • Répulsifs et traitements. Il existe des produits non nocifs pour les animaux domestiques et la faune auxiliaire qui peuvent aider considérablement à diminuer la population de limaces et d'escargots.

Contrôler l'apparition des “mauvaises herbes” ou des adventices

Cette humidité plus importante favorise également les “mauvaises herbes”. Certaines espèces sauvages sont gênantes car elles n'ont pas d'usage alimentaire et qu'en plus, elles rentrent en compétition avec les autres cultures pour l'eau et les nutriments. Il existe différentes techniques permettant d'éviter l'apparition de ces espèces, en voici quelques-unes :

  • Contrôle manuel. Dans les petites zones, il peut être suffisant de retirer manuellement, ou à l'aide d'une houe, les mauvaises herbes qui poussent avec les cultures.
  • Faux semis. Quelques mois avant de commencer à semer les plantes potagères, arrosez abondamment la zone qui leur est destinée. De cette manière, cela provoque la croissance des plantes indésirables. Elles seront alors ensuite éliminées lors du labour pour préparer la terre aux autres cultures.
  • Couverture. Technique consistant à recouvrir les parties de terre entourant les plantes cultivées afin que la terre n'active pas la germination des plantes indésirables. La couverture peut être réalisée à l'aide de paille, de déchets végétaux résultant de l'élagage ou du désherbage, de plastiques, bien que, dans ce dernier cas, il soit préférable d'utiliser des plastiques biodégradables qui peuvent s'intégrer au sol et qui ne sont pas très contaminants durant le processus de production.

Toutefois, il serait plus juste d'appeler ces “mauvaises herbes” des “adventices”. En effet, lorsqu'il ne pleut pas beaucoup, cela créée des conditions favorables pour qu'elles germent et accomplissent leur cycle de vie. En outre, le mauvais rôle qu'on leur donne ne leur correspond pas pleinement, déjà parce qu'elles représentent un abri pour de nombreux insectes bénéfiques importants pour le contrôle de nuisibles et la pollinisation, et aussi parce qu'elles protègent le sol des rayons intenses du soleil qui peuvent porter préjudice aux micro-organismes et à l'humus qui se développent dans la terre.

En raison de ces avantages, il vaut mieux parfois ne pas les éliminer et les laisser, mais, ceci constitue un débat qui doit être analysé par chacun afin d'évaluer quelle est la meilleure option.

Que semer en avril ?

  • S. en semis protégé : potirons, courgettes, melons, concombres, poivrons et tomates.
  • S. en semis non couvert : blettes, céleri, laitues et choux en général.
  • S. à l'air libre en pleine terre ou dans un récipient définitif : chardons, panais, épinards, scaroles, haricots à rames, maïs, navets, pommes de terre, carottes, betterave.

Que repiquer en avril ?

  • Repiquage à l'air libre : brocolis, potirons, courgettes, chou pommé, chou-fleur d'été, fenouil, laitue, roquette et tomates.
  • Repiquage avec protection : poivrons, aubergines, courgettes, melons et pastèques.

Que récolter ?

  • Récoltes :  artichauts, choux, scaroles, épinards, fraises, petits-pois, fèves, laitues, navets, poireaux, radis, betteraves, carottes.

Si vous avez laissé le temps passer, que la chaleur est arrivée et que vous n'avez pas préparé de semis, il est encore temps de trouver une pépinière à proximité, et de s'y procurer des plants tout prêts pour le repiquage, et donc, de vous mettre à l'ouvrage.

Autres articles intéressants

Le potager en avril

vendredi 1 janvier 2016

Cette année, la météo n'ira pas à l'encontre du proverbe populaire “Pluie d'avril donne à boire !”. Le ciel nous envoie en effet de la joie sous forme de pluies qui viennent étancher la soif des nombreuses cultures pouvant être...

La tomate et ses variétés

mercredi 27 avril 2016

Le plant de tomate est une référence dans la plupart des potagers, il représente la culture phare par excellence. Son fruit est aussi l'un des plus utilisés et appréciés en cuisine, et ceci n'est pas un hasard. Sa saveur, polyvalence et...

Culture du maïs

mardi 19 juillet 2016

Le maïs appartient à la famille des Poacées. Cette plante est cultivée depuis plus de 4000 ans et fait partie de la nourriture de base en Amérique du Sud. Il existe de nombreuses espèces de maïs, mais à moins d'avoir des poules ou un...

Découvrez Notre Catalogue